Partager ses données de santé

image

La campagne

L’essor du numérique dans notre quotidien génère des masses de données. Dans le domaine de la santé, ces données, produites et stockées pour une raison précise (gestion des soins, des dossiers médicaux, suivi d’indicateurs…), peuvent également permettre de répondre à d’autres questions, servir d’autres usages : mises ensemble, ces données peuvent révéler des phénomènes jusque-là non observés sur les soins dispensés, détecter plus tôt l’émergence de maladies ou les réactions aux traitements, mieux comprendre les liens entre santé et activité physique ou environnement, etc.

L’enjeu pour la puissance publique est d’être en mesure d’anticiper et d’encadrer toute utilisation de ces données de la part de différents acteurs comme ceux du commerce ou de l’assurance. Selon vous quels usages méritent d’être soutenus par la puissance publique et dans quelles conditions ? Souhaiteriez-vous ouvrir vos données de santé afin d’être aidé pour le prise en charge de sa sante ou pour faciliter le diagnostic médical ? Votre avis nous intéresse !  Le ministère des Affaires sociales et de la Santé enrichira ses travaux grâce à vos contributions. Plus de 250 propositions ont déjà été enregistrées sur la plateforme

par SGMAP |  Santé
“ Partager ses données de #santé: pour quels usages, à quelles conditions? #bigdata Donnez votre avis jusqu’au 20 juin http://www.faire-simple.gouv.fr/bigdatasante

Publicités