Mieux Connaître son Alimentation grâce à l’Open Data Collaboratif

image

Open Food Facts décrypte votre assiette ! Qui ne s’est jamais demandé ce que contenait vraiment les petits biscuits qu’il achète au supermarché ? Qui n’a jamais voulu savoir ce que les industriels mettaient dans notre nourriture ? Autant de questions auxquelles Open Food Facts, base de données Open Data et collaborative tente de répondre.

Ces dernières années, de nombreux scandales ont entaché la réputation vis-à-vis de l’industrie agro-alimentaire : celui de la viande de cheval, des anti-inflammatoires phénylbutazone retrouvés dans certaines viandes industrielles, ou encore celui de la dioxine. Aujourd’hui, les consommateurs font de moins en moins confiance aux acteurs du secteur, puisque seuls 38% des français déclarent avoir confiance dans les industriels de l’agro-alimentaire (selon un sondage Ipsos réalisé pour LinkUp). Et pour cause, l’industrie agro-alimentaire a souvent été impliquée dans certaines controverses vis-à-vis des produits qu’elle utilise. Additifs, colorants, exhausteurs de goût ou encore texturisants… Régulièrement certaines associations ou études scientifiques mettent en doute l’utilisation des produits utilisés dans l’industrie agro-alimentaire. C’est le cas par exemple de l’aspartame, dont certaines études estiment qu’elle pourrait être impliquée dans l’augmentation des taux d’apparition des cancers. Mais également du sirop de glucose-fructose, utilisé notamment comme un agent sucrant, qui serait lié à l’augmentation des taux d’obésité et de diabète.

Open Food Facts pour mieux comprendre la composition des produits alimentaires

Le problème, c’est que les étiquettes des produits sont souvent difficiles à lire et à comprendre pour les consommateurs. 57% des français estiment que les étiquettes des produits de l’agro-alimentaires ne sont pas suffisamment compréhensibles et 55% pensent qu’elles ne permettent pas de savoir l’origine des produits utilisés.

C’est pour éclaircir un peu les choses que Stéphane Gigandet a lancé la première plateforme open data collaborative permettant à chacun de mieux comprendre ce qu’il met dans son assiette : Open Food Facts.

Open Food Facts

L’idée est simple : créer une immense base de données recensant les ingrédients et compositions nutritionnelles des produits vendus dans l’agro-alimentaire. Des yaourts au petits gâteaux en passant par les chips ou les salades préparées : tout les types de produits transformés sont référencés à l’échelle internationale. Pour créer cette base de données, Open Food Facts met le consommateur à contribution. En effet, ce sont les acheteurs qui remplissent eux-même les informations qu’ils trouvent sur leurs produits, directement sur le site web. À l’heure actuelle, près de 5000 contributeurs ont référencé plus de 80 000 produits sur Open Food Facts, créant de fait la plus grande base de données de ce type dans le monde.

Grâce à l’appli liée à Open Food Facts il est très simple de connaître la composition des produits que l’on achète : un simple scan sur le code barre permet de voir s’afficher toutes les informations nutritionnelles et les compositions connues du produit. Et si jamais le produit n’est pas encore référencé, vous pouvez l’ajouter à la base de données simplement via le site web.

Décrypter les étiquettes grâce à Open Food Facts

Mais pour rendre la lecture des étiquettes plus simple et pour faciliter la compréhension de la composition des produits, Open Food Facts propose également une sorte de « traduction » simplifiée des étiquettes complexes des producteurs. Au lieu d’un tableau complexe comprenant parfois 15 lignes, Open Food Facts analyse automatiquement la « note nutritionnelle » du produit.

Cette note est une manière de juger de la qualité nutritionnelle de ce que l’on achète. Elle a été élaborée notamment par Serge Hercberg, Docteur en Médecine spécialiste en nutrition. afin de décrypter les chiffres que l’on trouve sur les étiquettes des aliments. Le principe ? Plus votre aliment est riche en calories, en graisse saturée, en sel ou en sucres (chacun de ces critères étant noté sur 10), plus sa note « augmente ». À l’inverse, plus l’aliment est riche en fibres, en protéines ou en fruits et légumes (critères notés sur 5), plus sa note « baisse » (plus d’infos sur la méthodologie ici). Plus l’aliment a une note faible, plus il est intéressant sur le plan nutritionnel, car il contient peu de nutriments nocifs (les graisses saturés ou le sel) et beaucoup de nutriments positifs comme les protéines. Au final, la note du produit est rendue sous forme de notation « A-B-C-D-E » : A étant la meilleure note.

Grâce à cette note, il est plus facile de savoir si l’aliment que l’on achète est intéressant sur le plan nutritionnel. Open Food Facts permet également de créer des graphiques qui comparent les différents produits entre eux en fonction de leur note nutritionnelle. On peut aussi savoir parmi tous les yaourts référencés lequel a le meilleur ratio nutritionnel.

open food facts

De son côté, l’industrie agro-alimentaire, représentée par l’ANIA (Association Nationale des Industries Agro-Alimentaires) juge que ce projet de note nutritionnelle est « simpliste et stigmatisant ». Et en effet, la méthodologie élaborée par Serge Hercberg n’est pas précise à 100%, car elle ne prend pas en compte tous les critères : la teneur en vitamines et minéraux, la teneur en graisses insaturées comme les Omega-3, ou encore la quantité consommée par l’acheteur. Ainsi, les huiles d’olives par exemple, obtiennent presque toutes un score « E », indiquant qu’elles seraient « mauvaises » sur le plan nutritionnel. Or l’huile d’olive en quantité raisonnable est plutôt reconnue pour ses bénéfices sur la santé notamment grâce aux graisses insaturées et aux polyphénols qu’elle contient.

Reste que ce système a le mérite de permettre au consommateur de se repérer plus facilement entre les différents produits, et notamment de comparer.

Open Food Facts : savoir comment mieux s’alimenter pour soi, pour les autres et pour la planète

Mais au-delà de la note nutritionnelle ou de la composition du produit Open Food Facts permet de faire de vrais choix éclairés sur les produits que l’on consomme. Ainsi, le site référence les allergènes présents dans les produits, afin d’aider les personnes allergiques à se repérer dans la jungle des produits agro-alimentaires.

Le système référence aussi les produits issus du commerce équitable, et permet de savoir d’où viennent les produits que l’on achète. Enfin, malgré le peu de données disponibles sur le sujet, Open Food Facts permet aussi de connaître l’empreinte carbone de certains produits.

Au final c’est un outil pour une consommation éclairée, qui permet de savoir à la fois ce que l’on mange, mais aussi les conséquences de nos actes d’achat sur la planète et sur les producteurs.

Avec Open Food Facts, le collaboratif et l’open data sont au service de toutes les facettes de l’alimentation responsable.

par CLÉMENT FOURNIER

http://e-rse.net/open-food-facts-open-data-collaboratif-mieux-connaitre-alimentation-20108/

Publicités