Les data accélèrent le processus de développement d’un parfum

image

Guillaume Bourdon – Quinten

Les entreprises françaises prennent une part active à la révolution digitale, et le secteur de la beauté et du parfum n’est pas en reste. C’est en substance ce que révélait la dernière « Université du numérique » organisée par le Medef. Parmi les 130 intervenants, Guillaume Bourdon, co-fondateur et directeur associé de Quinten France, société spécialisée dans la valorisation des données au service de l’efficacité opérationnelle des entreprises. Parmi les nombreux secteurs clients de Quinten, la parfumerie occupe une place non négligeable au cœur des algorithmes.

Guillaume Bourdon, co-fondateur et directeur associé de Quinten France
Guillaume Bourdon, co-fondateur et directeur associé de Quinten France
S’il est un aspect du parfum qui fait encore rêver, c’est bien son processus de création. Les marques ne s’y trompent pas et mettent les parfumeurs en avant, comme des auteurs à part entière. Difficile d’imaginer l’intervention des Big Data dans ce processus créatif. C’est pourtant de plus en plus le cas, sans que la force de la créativité ne soit dévaluée, assure Guillaume Bourdon.

Quinten travaille déjà avec les plus grands groupes de cosmétiques ainsi qu’avec trois grands parfumeurs de l’industrie. «  Notre contribution dans le développement et la R&D d’un parfum est d’accélérer le processus de développement et de permettre ainsi au parfumeur de se concentrer sur sa créativité et la direction artistique,  » précise son directeur.

En phase de compétition, le procédé développé par Quinten permet à la maison de composition de répondre au brief d’une marque en capitalisant sur le travail de l’ensemble de ses équipes créatives sur une période d’environ deux ans.

«  Nous travaillons sur une base de données des deux dernières années fournies par l’entreprise, cela correspond à environ à plus de 200 formules avec chacune 100 à 150 ingrédients à dosages variables. L’analyse de ces données anonymisées et cryptées va permettre au final d’identifier les deux ou trois ingrédients communs qui par leur combinaison permette de générer une même perception sensorielle ainsi qu’une satisfaction optimale,  » explique Guillaume Bourdon « On ne fait qu’aller chercher les best practices internes. » Grâce à ses algorithmes, Quinten retrouve la combinaison gagnante pour générer des produits qui correspondent aux attentes du marché. L’entreprise fournit par ailleurs un outil intelligent à l’expert du métier, sous forme d’application, pour faciliter l’exploitation de la banque de résultats.

C’est une dimension très concrète de l’utilisation de données qui fait école au sein des sociétés. « Que ce soit pour les secteurs de l’industrie, de l’assurance, des médias ou de la cosmétique, notre métier est de travailler sur une problématique opérationnelle pour générer de la valeur, en améliorant concrètement la performance du phénomène d’intérêt, » commente Guillaume Bourdon. De fait, trois parfums parmi les dix parfums les plus vendus au monde ont été conçus avec l’aide de Quinten.

Au sein du grand débat Big Data, l’expert martèle l’importance de déterminer avant toute collecte de données : les sujets, les enjeux et les objectifs. « Le but n’est pas de faire remonter de l’information à tous prix mais d’accompagner une entreprise dans ses évolutions stratégiques induites par la data, » conclut-il.

Kristel Milet
http://www.premiumbeautynews.com/fr/les-data-accelerent-le-processus,9656

Publicités