Tourcoing, une ville riche en #BigData

image

Tourcoing c’est grand ! Presque 100 000 habitants et une quinzaine de kilomètres carré de surface il me semble. Imaginez toutes les informations qui y circulent : les transports, les écoles, les bibliothèques, les hôpitaux, les bureaux,  les commerces  …

Tout ces mondes qui créent, échangent, transforment du texte, de la voix, de l’image : c’est ce qu’on appelle communément le Big Data

Que peut-on faire de toutes ces données massives ? Voilà la réponse : de la smart data, c’est à dire des informations intéressantes pour améliorer le cadre de vie.

Pour exemples, autour de moi, ils ne manquent pas. Côté gourmand, ma boulangerie/pâtisserie : j’imaginerai bien les gérants installer un beacon (une balise électronique) dans leur boutique. Ils pourraient récolter des informations importantes pour eux : habitudes de consommation, achats, heures, etc.
Les objectifs pourraient être très divers : lancer ou non une nouvelle fournée, proposer des promotions personnalisées, souhaiter un bon anniversaire. Vous poussez la porte, la boulangère regarde son écran et souhaite un bon anniversaire pour votre enfant et offre la baguette. Vous aviez juste oublié la date. Impossible ! Tous les vépécistes auront envoyé un flot de messages. Eux, ils sont champions en la matière et connaissent tout de votre vie chalande.

Un exemple, plus sérieux ou du moins plus problématique, le quartier s’agrandit, il a été profondément rénové. Il est beau ! Résultats : des familles s’installent, les écoles se remplissent. Seulement voilà, l’analyse prédictive de l’Éducation Nationale est tronquée, elle ne reçoit pas forcément toutes les informations à temps (nouveaux logements, déménagement, natalité, etc.) pour envisager l’ouverture d’une nouvelle classe par exemple. En parallèle, si la ville était informée à l’avance d’une fermeture de classe, elle pourrait probablement mieux gérer les travaux de rénovation nécessaires ou autres actions. Pourtant, il s’agit là de données ouvertes (open data) logiquement accessibles à tous qui ne sont pas exploitées, traitées, analysées opportunément.

Un dernier exemple, cela concerne un projet de marché local qui est étudié au conseil de quartier dans le cadre de la démocratie participative. Son objectif est multiple : promouvoir l’économie durable et solidaire, cultiver la silver économie, fédérer les habitants. Le big data pourrait cibler les habitudes de consommation pour proposer des stands rentables, les trajets utilisés pour choisir le meilleur emplacement. Bref ! On va peut être préférer un marchand de bonbons parce qu’il y a 5 établissements scolaires aux alentours qu’un remouleur.

Autrement dit, le big data est présent partout, tous les domaines sont concernés. Ce n’est pas un phénomène de mode, comme je l’entends trop souvent. Les mégadonnées (la jolie traduction de l’Académie Française) peuvent être utiles aussi bien dans le secteur public que mercantile. Toutes les villes, le monde rural aussi, en sont riches.

Noujoude LAÏDOUNI

Publicités