Réveiller la data qui dort

La Data Science Machine : le fantasme du marketing prédictif

image

Le marketing prédictif pourrait bientôt disposer d’une nouvelle arme d’analyse massive : un algorithme intuitif qui devine aussi bien les comportements de l’Homme que l’intelligence humaine.

Mais où s’arrêtera l’intelligence artificielle ? La main d’œuvre humaine, aussi grise soient ses cellules, est-elle condamnée dans certaines industries à laisser la machine la remplacer ? Le débat est un puits sans fonds et nourrit depuis des décennies les prophètes, les Cassandre et les madame Soleil de comptoir. Avec le couronnement de la reine Data, le cerveau de l’Homme s’est imposé comme un complément obligatoire de la robotique. Pour sonder les données censées permettre de prédire tendances et comportements humains, la répartition des rôles est claire : l’informatique avancée passe les chiffres au crible et ressort des échantillons, l’intelligence humaine fixe elle les paramètres et analyse les résultats. Avec la Data Science Machine de deux chercheurs nord-américains, le deal est remis en cause.

Crée par Max Kanter et Kalyan Veeramachaneni duMassaschussetts Institute of Technology, l’algorithme peut réussir une performance technologique inédite pour une intelligence artificielle, à savoir deviner l’intuition humaine par la data. Pour les deux anciens étudiants en science de l’informatique du MIT, la Data Science Machinepeut en effet anticiper des comportements et des réactions intuitives plus rapidement et avec plus de pertinence qu’un cerveau humain. C’est lors de laConférence internationale de la science de la data et de l’analytique avancée fin octobre, que le duo a présenté les résultats des trois concours de science de la donnée dans lesquels leur algorithme était engagé.

Face à des équipes uniquement composées d’être humains la Data Science Machine a fait mieux que 615 des 906 attelages qu’il a affrontés. Dans deux des trois compétitions, il a crée des modèles qui étaient à 96% aussi pertinents que ceux conçus par les vainqueurs. Et pendant que les Hommes prenaient des mois pour construire leur algorithme prédictif, la Data Science Machine a eu seulement besoin de deux à douze heures. Vous allez nous dire, ce constat promotionnel un tantinet pompeux est bien joli, mais à quoi sert-il et que dit-il ? Cette nouveauté technologique pourrait tout simplement à terme complètement modifier les structures de fonctionnement de l’analyse de données. Entre autre par les marques.

Réveiller la data qui dort

Alors évidemment comme tout Géo Trouvetou venant d’offrir une nouvelle victoire de la machine sur l’Homme,Max Kanter et Kalyan Veeramachaneni clament haut et fort que leur invention ne constitue pas une menace de substitution pour l’intelligence humaine. Leur bébé est présenté uniquement comme une aide précieuse dans l’analyse des amas de données. « La Data Science Machine est un complément naturel de l’intelligence humaine. Il y a tellement de data à analyser qu’aujourd’hui beaucoup est en jachère. L’idée est d’apporter une solution supplémentaire qui permette de s’y mettre et d’aller chercher cette data en sommeil », explique Max Kanter sur le site du MIT. Lisez donc entre les lignes : l’ordinateur ne remplacera pas l’Homme mais il permettra de réduire drastiquement le coût de l’analyse de la data.

 

Les marques et les spécialistes du marketing automation comme Marketo -avec lequel INfuencia s’était entretenulors des derniers Cannes Lions- pourraient donc disposer d’un outil permettant d’encore mieux connaître le consommateur et de concevoir campagnes et produits en anticipant les comportements futurs. Sur la plateforme d’info du MIT, le professeur de Harvard, Margo Seltzer, qui a collaboré à la conception de l’algorithme, pense qu’il sera rapidement le modèle à suivre : « La Data Science Machine est un de ces projets incroyables où appliquer de la recherche avancée, pour résoudre des problèmes pratiques, offre une nouvelle perspective sur la manière d’aborder ce problème. Je pense que ce qui vient d’être réalisé va très vite devenir le standard moyen ». Le temps peut donner tort ou raison à celui qui le sollicite pour justifier son assertion. Le marketing prédictif attendra donc pour savoir s’il change la face du monde

par Benjamin Adler
http://www.influencia.net/fr/actualites/tendance,data-trends,data-science-machine-fantasme-marketing-predictif,5897.html

Publicités