Open data. La vie privée en question

Christelle Dameron Organisée vendredi par la ville de Saint-Malo, la French Tech Rennes Saint-Malo et l’association Digital Saint-Malo, une rencontre à la Grande Passerelle, autour de la « ville intelligente », a soulevé plusieurs problématiques dont celle de la vie privée. Imaginez une ville ultra-connectée où les feux de signalisation s’adaptent au trafic, où les infrastructures évoluent en fonction de la vie des usagers.

image

Cette cité se chaufferait de façon intelligente et stockerait son énergie… C’est de cette ville que les participants de la journée « Smart Visions » ont rêvée, vendredi, à la Grande Passerelle. Un ordinateur qui sait tout… Le partage des données est un aspect de la « Smart city » que la ville de Saint-Malo met déjà en place. « Les statistiques sur la démographie, la population ou les entreprises ne doivent pas dormir dans un ordinateur mais être répertoriées et en accès libre », explique David Poncet, chargé du programme Open Data à la ville de Saint-Malo. Les données de Saint-Malo sont consultables sur le site http://www.data.gouv.fr. On y trouve une cartographie des boîtes aux lettres, des plages sans tabac et des toilettes publiques, comme quoi l’innovation ne se départ pas des besoins archaïques… « Plus on alimente en données les algorithmes qui permettent de piloter la ville, plus cela pose des questions sur la vie privée. Si on demande aux voitures de donner leur localisation à un moment précis pour fluidifier la circulation, cela veut dire qu’il y a un ordinateur qui sait où les gens se trouvent à tout moment », explique Stanislas Hintzy, directeur général de la French Tech Rennes Saint-Malo. Des lois « insuffisantes » Les lois sur l’informatique et les libertés encadrent les pratiques, même si « elles ne répondent pas totalement aux nouveaux usages de géolocalisation », soulève Stanislas Hintzy. Ce vendredi, à la Grande Passerelle, les start-up étaient sur le pont. Franck Gallos de l’entreprise Data2B propose un logiciel qui cherche les corrélations « entre la météo et l’audience de la télévision ». Les précurseurs se font toujours plus innovants ; tellement que « la première chose qu’ils se demandent, c’est si leur concept entre dans le droit, s’il enfreint les lois c’est qu’il est innovant, alors ils foncent », plaisante un avocat spécialiste des Tic (Technologie de l’information et de la communication), présent lors de cette journée.

http://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/saint-malo/open-data-la-vie-privee-en-question-23-11-2015-10859894.php

Publicités