Le big data pèsera 48,6 milliards de dollars en 2019

Selon le cabinet IDC, le marché mondial des équipements, logiciels et services de big data devrait croître de 23,1% par an en moyenne pour atteindre 48,6 milliards de dollars en 2019. Le secteur manufacturier, la banque et l’industrie de process figurent parmi les débouchés les plus porteurs.

Le big data pèsera 48,6 milliards de dollars en 2019, selon IDC
Le big data pèsera 48,6 milliards de dollars en 2019, selon IDC © Camelia Boban
Big data, big market. Selon IDC, le marché mondial des équipements, logiciels et services de mégadonnées devrait croitre de 23,1% en moyenne par an pour atteindre 48,6 milliards de dollars en 2019. Une perspective qui pousse les acteurs du domaine à rivaliser d’investissements et de fusion-acquisitions pour capter au mieux cette opportunité.

Le logiciel croit plus vite

Les entreprises affichent un appétit croissant envers le big data pour se différencier de la concurrence en disposant d’une vision intégrée des clients et des activités opérationnelles. Les trois segments du marché promettent une croissance soutenue : +21,7% pour les équipements d’infrastructure (serveurs, stockage, réseaux et sécurité), +26,2% pour les logiciels de gestion, d’exploration, d’analyse et d’application des données, +22,7% pour les services de conseil et d’accompagnement dans la mise en place d’applications.

Parmi les débouchés les plus prometteurs figurent le secteur manufacturier (2,1 milliards de dollars en 2014), la banque (1,8 milliards de dollars en 2014) et l’industrie de process (1,5 milliards de dollars en 2014). Les croissances les plus fortes se trouvent dans les services d’investissement (+26%), la banque (+26%) et les média (+25%).

Risques significatifs pour les entreprises

Ce développement pourrait toutefois être freiné par la pression sur les prix des équipements, la concurrence plus forte que prévue des logiciels open source et surtout la pénurie de compétences comme celles des data scientists et data analysts. IDC attire également l’attention des entreprises sur les risques significatifs que le big data présente pour leur organisation. Les responsables métier et informatiques devront traiter le sujet avec conscience, souplesse, adaptabilité et responsabilité, conseille le cabinet.

Ridha Loukil
Publicités