Les 5 métiers du Big Data

Les 5 métiers du big data
Qu’elles proviennent des réseaux sociaux, des objets connectés ou du système de l’information de l’entreprise, les données constituent l’or noir de ce 21ème siècle. A condition d’avoir les bonnes compétences pour les traiter et les analyser. Selon le gouvernement, le marché français du Big Data atteindra 9 milliards d’euros d’ici à 2020 et créera 137 000 emplois. Mais quels sont donc ces nouveaux métiers du Big Data ?

Data Scientist : le mouton à cinq pattes

Associant des compétences en mathématiques, statistiques et informatique, le Data Scientist est le plus connu et le plus courtisé des professionnels de la donnée. Ce mouton à cinq pattes a pour objectif de « faire parler les données ». Au service le plus souvent du marketing, le Data Scientist valorise les données structurées et non structurées afin de créer de la valeur pour l’entreprise.
En modélisant les comportements clients, il propose de nouvelles offres tout en optimisant les services existants. Ses algorithmes peuvent aussi favoriser la maintenance prédictive des matériels ou la détection de la fraude. Sur un marché de l’emploi en situation de pénurie, cette perle rare a vu sa rémunération s’envoler pour atteindre jusqu’à 90 K€ par an pour un profil expert, selon le cabinet de recrutement Robert Walters.

Chief Data Officer : le patron des données

Responsable de la collecte, de la fiabilité et de la cohérence des données, le Chief Data Officer (CDO) organise leur partage avec les directions métiers mais aussi avec les partenaires, fournisseurs et clients de l’entreprise. Il veille à la bonne gouvernance de l’information. Comme tout métier émergent, les contours de sa fonction sont encore flous. Au-delà de la gestion des données, le CDO peut aussi porter les projets de transformation numérique en lieu et place d’un autre CDO, le Chief Digital Officer, ou du DSI.

Data Protection Officer : le régulateur

A la faveur du futur règlement européen sur la protection des données personnelles, le Data Protection Officer (DPO) est appelé à remplacer, en France, le Correspondant Informatique et Libertés (CIL), c’est-à-dire l’interlocuteur privilégié de la CNIL au sein de l’entreprise.
Par rapport au CIL, ses prérogatives sont élargies. Au regard de la législation, il veille à la conformité de tout traitement de données, depuis sa conception (privacy by design) à l’exercice du droit de retrait que peut exiger une personne inscrite dans un fichier. Il doit aussi s’assurer que l’exploitation des données personnelles ne sorte pas du cadre éthique défini par l’entreprise. Big Data n’est pas Big Brother.

Data Miner : l’explorateur des données

Les mains dans le cambouis, le Data Miner paramètre les logiciels et les bases de données l’entreprise afin d’assurer la collecte et le traitement des données. Il va chercher l’information au sein de sources souvent éparses, puis participe à la modé-lisation des données. Le Data Miner doit connaître les outils et les infrastructures du Big Data (Hadoop, MapReduce, NoSQL, BigTable…).

Master Data Manager : le chef de projet Big Data

Le Master Data Manager est en quelque sorte le chef d’orchestre du Big Data. Il connaît à la fois tous les métiers de l’entreprise et l’écosystème des fournisseurs de solutions. Cette vision transverse lui permet de piloter des projets « data driven » dans le respect du cahier des charges des directions métiers

par Carine Roucher

http://zebaz.com/blog/5-metiers-du-big-data/

Publicités