Acteur éminent de la révolution numérique, Gilles Babinet en explique le prochain épisode: le règne du Big Data

Vous avez aimé le Migou, l’abominable homme des neiges ? Vous adorerez le Big Data, l’épouvantable créature du cloud. A moins que vous ne lisiez l’ouvrage de Gilles Babinet, qui veut combattre frayeurs et fantasmes, et expliquer les vrais enjeux de la maîtrise des « données de masse ». L’auteur démontre en quoi elles peuvent améliorer notre vie, à commencer par notre santé, pourvu qu’on embrasse l’avenir sans conservatisme administratif : la France ne cesse d’entraver l’identifiant unique qui permettrait de mieux soigner chacun et de développer la médecine préventive.

Destruction de valeurs

C’est surtout l’entreprise que le Big Data va chambouler, parce qu’il privilégie « les processus transversaux au détriment de l’organisation en silos, si propice à la préservation des petits pouvoirs individuels ». Ajoutée aux trois impératifs du Big Data (volume, vélocité, variété), cette révolution modifie tout, de la hiérarchie au marketing, tandis que la quantité d’informations produites par l’humanité en 2020, 40 zettaoctets, correspondra au stockage d’une pile de DVD Blu-ray faisant 155 fois le tour de la Terre…

gilles-babinet-2_5303715

Gilles Babinet est trop averti des ombres et des lumières du numérique pour ne pas voir aussi les risques du Big Data. Pas tant la mise en fiches et la surveillance des citoyens -il revient en détail sur l’affaire de la NSA– que la destruction de valeurs par un grand court-circuit d’activités. Amazon ou Airbnb : le « gain d’opportunités » n’est pas le meilleur ami de la croissance. Patience : pour expliquer cette révolution numérique, Gilles Babinet a écrit… un livre !

Publicités